S’approvisionner d’une manière durable en matériaux

Rechercher la durabilité dès le début

Une grande part de notre empreinte environnementale peut être attribuée à notre consommation de matières premières telles que le papier, les produits chimiques et les films. En établissant des objectifs et des politiques d’utilisation de matériaux extraits et fabriqués de façon durable, nous visons à réduire notre consommation de ressources naturelles tout en aidant nos chaînes d’approvisionnement, nos clients et nos pairs à aller vers une plus grande durabilité.

Augmentation de notre utilisation de papier certifié FSC

Objectif pour 2025 : Pour nous procurer du papier 100 % certifié, dont 70 % seront certifiés Forest Stewardship Council.

Les forêts du monde sont essentielles à la santé économique et environnementale, et de nos activités dépendent d’une alimentation en papier durable. Depuis 2013, nous cherchons à augmenter les quantités de papier fabriqué à partir de fibres certifiées durables. En particulier, nous achetons du papier certifié par le Forest Stewardship Council® (FSC®), la « règle d’or » de la foresterie durable, lorsque possible.

En 2016, nous avons acquis près de 900 000 tonnes de papier à l’échelle de l’entreprise. Parmi ce volume, 78 % étaient certifiés FSC®, contrôlés FSC® ou certifiés par le programme de reconnaissance des certifications forestières. Les demandes de certification pour 93,8 % du papier que nous avons acheté ont été validées par la Rainforest Alliance. La Rainforest Alliance a également vérifié le bois non certifié que nous avons acheté pour s’assurer qu’il respecte les cinq critères du bois considéré comme provenant de sources acceptables et qui n’est pas :

  • du bois récolté illégalement ;
  • du bois récolté non conformément aux traditions culturelles et aux droits de l’Homme ;
  • du bois récolté dans des forêts dont les valeurs de conversation élevée sont menacées par les activités de gestion ;
  • du bois récolté dans les forêts converties en plantations ou non destinées à une utilisation forestière ;
  • du bois de forêts où des arbres génétiquement modifiés sont plantés.

Notre département d’étiquettes et documents graphiques (LGM) achète principalement pour les frontaux et les films de protection, l’avant et l’arrière auto-adhésifs, des étiquettes qu’elle fournit pour les marques dans le monde entier. En 2016, 60 % du papier avant LGM acheté était certifié FSC®. LGM a surtout fait des progrès importants dans l’achat de papier certifié FSC® en Asie, où l’approvisionnement a toujours été rare. Globalement, nous avons eu plus de succès dans l’approvisionnement de frontaux certifiés FSC® que dans l’approvisionnement de films de protection certifiés FSC®, mais nous sommes sur la bonne voie pour accroître nos réserves de films de protection certifiés d’ici un à deux ans.

Pour répondre à la demande croissante d’étiquettes faites avec du papier provenant de sources durables, notre département LGM offre la plus grande sélection de produits certifiés FSC®, que nous nous efforçons d’offrir dans le cadre de notre gamme de produits ClearIntent™. Nos produits certifiés FSC® sont particulièrement populaires en Europe, où les deux tiers de la vente de produits de papier sont certifiés FSC®. Dans le monde entier, nous offrons nos produits certifiés FSC® au même prix que ceux fabriqués à partir de papier non certifié, éliminant ainsi un obstacle majeur à l’adoption par le client.

Notre département Retail Branding and Information Solutions (RBIS) utilise également plus de papier certifié FSC®. La Rainforest Alliance a validé notre suivi de la pâte, l’origine et les espèces de 62 % des 39 905 tonnes métriques de papier acheté par notre département RBIS en 2016. Près de 19 500 tonnes métriques ont été certifiées FSC® et 5 668 tonnes métriques provenaient d’autres sources certifiées.

Explorer les alternatives de produits chimiques et de films

Objectif pour 2025 : Pour assurer que 70 % des produits chimiques et films que nous achetons seront conformes, ou permettront aux produits finis d’être conformes à nos principes directeurs environnementaux et sociaux.

Nous souhaitons que les matériaux que nous utilisons dans nos produits aient peu d’effets néfastes sur les individus et sur la planète, aujourd’hui et demain. Nous nous approvisionnons en produits chimiques et films qui respectent les principes sociaux et environnementaux que nous utilisons pour guider nos activités (voir « Vendre d’une manière durable » ici). Parmi ces principes : Ne pas polluer avec des matières extraites. Ne pas polluer avec des matières fabriquées.

Nous utilisons une variété de films à base de pétrole dans nos activités LGM. Parce qu’il existe tellement peu d’alternatives, les remplacer par des matières plus durables est un défi. Notre stratégie actuelle consiste à réduire la quantité de films par étiquette grâce à la réduction du calibre : en réalisant des étiquettes plus légères et plus minces. Nous nous engageons également à utiliser des matériaux recyclés comme films étant donné qu’ils deviennent plus largement disponibles. Nous nous efforçons d’utiliser des films renouvelables bio-source fabriqués à partir de plantes, comme le frontal filmique certifié Bonsucro® à base de sucre que nous utilisons dans notre film PE bio-source.

Dans nos activités RBIS, nous utilisons du polyéthylène basse densité fabriqué à partir de canne à sucre pour l’emballage de transport. 

Nos efforts vers des films durables débutent seulement et dépendent de la technologie disponible. Nous travaillons avec les clients, fournisseurs et autres partenaires pour élaborer des solutions, et nous nous attendons à obtenir plus de traction sur les deux ou trois prochaines années. 

Entre-temps, les produits chimiques sont un ingrédient essentiel dans un grand nombre de nos produits. Nous utilisons des normes strictes et prenons grand soin de nous assurer qu’ils ne provoquent aucun préjudice dans la façon dont ils sont extraits, fabriqués ou utilisés dans nos produits et les produits de nos clients.

Depuis 2015, nous avons maintenu une liste de substances réglementées (RSL) à l’échelle de l’entreprise pour nous guider dans la transition des produits chimiques ayant moins d’impacts sur l’environnement et la santé. La première phase de notre programme était axée sur la nécessité d’éviter l’utilisation de produits chimiques RSL lors de la conception de nouveaux produits. Nous sommes en train d’évaluer l’utilisation de ces produits chimiques dans notre héritage pour envisager de meilleures alternatives techniquement et économiquement possibles. L’évaluation devrait se terminer d’ici la fin de 2018. En 2017, nous travaillons avec nos fournisseurs pour déterminer où les produits chimiques peuvent être présents dans nos produits et les impliquer en tant que partenaires dans l’évaluation des solutions de rechange.

Au niveau de l’unité d’affaires, nos activités RBIS, en accord avec les normes de l’industrie du vêtement, disposent depuis longtemps d’un programme RSL qui demande à ses fournisseurs de produits chimiques de se conformer à la liste des substances à usage restreint qui est encore plus étendue que notre liste interne. La liste décrit également les limites de concentration chimique pour éviter les risques pour la santé, l’environnement et l’incidence négative sur la qualité et les performances de nos produits.

RBIS ne vend pas de produits contenant des substances RSL RBIS. Dans le cadre de son processus de développement de produits, les matières premières et les produits finis sont testés par rapport à la liste RSL avant d’être commercialisés. L’ensemble de ses fournisseurs de matières premières est tenu de signer un accord stipulant qu’ils se conforment à la RSL et aux politiques sur les tests des produits. RBIS effectue régulièrement des audits des fournisseurs afin d’assurer la conformité.

Dans la compilation de nos RSL, nous évaluons nos produits par rapport à un grand nombre de règlements mondiaux : REACH (enregistrement, évaluation et autorisation des produits chimiques), les restrictions sur les substances dangereuses, déchets des équipements électriques et électroniques (DEEE),la loi américaine sur le contrôle des substances toxiques et d’autres réglementations appliquées parla la Commission américaine sur la sécurité des produits de consommation (Consumer Products Safety Commission),la Food and Drug Administration américaine, ainsi que des organismes de réglementation similaires dans les autres pays où nous faisons des affaires.

Nous considérons la conformité réglementaire comme la norme minimale, et nous cherchons des moyens d’aller au-delà de la conformité pour assurer la sécurité de nos produits. Par exemple, nos activités RBIS sont à la recherche de certification bluesign® pour plusieurs de ses usines, la première, Collitex, en Italie, sera certifiée en 2017. Le système bluesign établit des normes strictes pour une fabrication de textiles sûre et respectueuse de l’environnement, y compris des critères stricts pour les apports en produits chimiques. 

Nos activités RBIS testent également les produits avant leur livraison pour s’assurer qu’ils n’ont pas été contaminés par des substances nocives énumérées dans leur liste RSL, un risque dans toute opération de fabrication à forte intensité de produits chimiques. En 2016, nous avons effectué plus de 3 100 tests de nos produits et avons enregistré seulement 13 échecs. Le reste de notre entreprise va commencer à tester les produits conformément à la liste RSL Avery Dennison en 2018.

En 2017, nous avons également commencé à mettre en œuvre des listes de substances de fabrication réglementées (MRSL) dans plusieurs établissements RBIS. Notre division RBIS va les tester dans plusieurs établissements. Une MRSL va plus loin qu’un produit RSL : il restreint les substances RSL présentes dans les produits finis et tout ce qui pourrait être rejeté dans l’air, l’eau ou le sol au cours de la fabrication, de l’exploitation ou de l’entretien de nos installations. En mettant en œuvre notre liste MRSL, RBIS respecte un processus élaboré par la ZDHC Foundation (roadmaptozero.com), une ONG dédiée à la réalisation de zéro rejet de produits chimiques dangereux dans la chaîne de valeur du textile et de la chaussure. Nous avons l’intention de mettre en place les MRSL dans tous nos établissements RBIS d’ici à 2020 et dans les installations à l’échelle de l’entreprise peu après.